top of page
Célina et musiciens.png

SPECTACLES

SPECTACLES EN TOURNEE

EN CHEMIN

Spectacle musical

Inévitablement imprégné de l’actualité mais également du parcours personnel de l’artiste, le spectacle est composé bien sûr de chansons extraites du nouvel album « En Chemin » qui lui donnent son nom et son impulsion, mais aussi de titres précédents, attendus par le public comme par exemple « Ensemble », « Mon fils » ou encore « Lettre à Monsieur Moustaki ». Pour ce nouveau spectacle Célina Ramsauer s’entoure d’une solide équipe artistique. On y trouve évidemment son fidèle compagnon Léon, son accordéon, mais également des musiciens renommés qui apportent à l’ensemble des sonorités bien actuelles : Bruno Dandrimont (Enzo Enzo, Christophe Maé, Michel Sardou) à la guitare, Olivier Baldissera (Anggun, Cœur de Pirate, David Hallyday) à la batterie, Zizou Sadki (Pascal Obispo, Christophe Willem, Céline Dion) à la basse, et Gaël Cadoux (Ben l’Oncle Soul, Michel Jonasz, Grand Corps Malade) aux claviers. Sans oublier Christophe Bataglia (Yannick Noah, Christophe Maé, Anggun, Céline Dion, Garou), réalisateur et arrangeur de Célina, ingénieur du son pour le spectacle En chemin, et Valentin Jacquaz qui signe la création lumière.

Célina Ramsauer, voix-accordéon | Bruno Dandrimont, guitares | Olivier Baldissera, batterie | Gaël Cadoux, claviers | Marc Perier, basse | Ingénieur du son : Christophe Battaglia | Création Lumières : Valentin Jacquaz.                                                      

Célina-Enchemin_LiveTLH_20211208_4977.jpg

L’ENVERS DE LA SCÈNE

Solo Voix-Accordéon

 

Un retour aux sources, à la configuration qui a marqué sa première identité scénique, puisque c’est ainsi que l’artiste valaisane a démarré, très jeune, sa carrière. Ce nouveau spectacle, ce sont des titres qu’elle aime à emmener sur scène avec, à chaque fois, une nouvelle histoire à raconter. De nouveaux arrangements et le privilège de la proximité avec son public. La mise en scène totalement dépouillée, c’est à chaque fois un face à face avec le public, un exercice de style en solitaire pour être au plus juste, au plus vrai.

Constitué des titres les plus écoutés du public mais aussi des titres du dernier album de l’artiste sorti en juin 2022, ce nouveau spectacle solo de 75 mn, Célina a choisi de le nommer « L’envers de la scène » pour parler en toute franchise de son rapport à la scène, cet endroit que chaque artiste vit de façon différente. Comment exister sur scène, se mouvoir sous les projecteurs alors que si l’on écrit des chansons, ce n’est pas forcément pour les interpréter devant un public. Cette sensation étrange que l’on appelle le « trac », le ressenti de l’avant, parfois même du pendant pour se retrouver dans l’après spectacle où, contradictoirement, on n’a qu’une envie... c’est d’y retourner !

Pourquoi écrire une chanson ? Pourquoi monter sur scène alors qu’on meurt de trouille et qu’à priori, ce n’est pas un environnement naturel dans lequel évolue tout un chacun. Le questionnement sur ce passage de l’auteur-compositeur à la scène et toutes les différentes et parfois surprenantes facettes que ces métiers artistiques impliquent. Et si la scène finalement n’était qu’un prétexte au partage et aux retrouvailles ?

Créé et enregistré en public au Studio Ev-Sounds’Emotion à Sion, le 12 novembre 2022, le spectacle "L'envers de la scène" tournera jusqu’en 2024.

celina ramsauer chanson.png

CONCERTS SAUVAGES

propositions atypiques

 

Des événements hors salles de spectacles, moments de partage décalés et privilégiés, organisés à la demande (pour 25 à 100 personnes) dans des cadres originaux et atypiques, en configuration minimale, sans artifice ni assistance technique, au cours desquels Célina interprète en solo (voix et accordéon) des chansons de ses 8 albums et dévoile quelques titres de son nouvel et neuvième album.

Durée : 75 min.

SPECTACLES  1984 - 2020

  • Son parcours en quelques lignes
    Auteur, compositrice, interprète, accordéoniste, comédienne, productrice, une formation d’animatrice radio, un diplôme de dessinatrice en Architecture… Célina Ramsauer a de quoi surprendre tant elle multiplie les talents. Elle est née et vit en Suisse. Célina Ramsauer commence à jouer de l’accordéon à 4 ans, à se produire en public dès 7 ans, joue et chante des reprises de chanson française à l’instinct, en autodidacte ; écris sa première chanson à 12 ans, devient sociétaire de la Suisa (la société d'auteurs suisse) à 13 ans. Elle passe un diplôme de dessinatrice architecte, mais décide de se consacrer à la scène. A 18 ans, elle produit son premier album et fonde Anilec, sa propre société de production et d’édition. Elle joue à Dubaï, à Montréal et, les contrats et rencontres artistiques s’enchainant - n’a jamais cessé de voyager depuis. ​ Préférant être reconnue pour son travail et non pour sa façade, Célina Ramsauer garde l’authenticité pour ligne de conduite, que ce soit dans la musique, le théâtre ou autre. L’humain est le sujet prioritaire de ses chansons, dont elle travaille la matière – textes comme musique – en artisane revendiquée. Elle se veut identique à la vie comme à la scène, tout en ayant de cesse de dépasser sa zone de confort. C’est aussi une artiste engagée pour différentes causes depuis de nombreuses années, la prioritaire étant celle des enfants. ​ Son parcours est animé de belles rencontres : avec Luc Plamondon et Romano Musumarra (pour le single L’un avec l’autre en 2001) ; avec le réalisateur Christophe Battaglia (Céline Dion, Christophe Mahé, Isabelle Boulay) qui inaugure en 2005 une longue collaboration ; avec Pierre Barouh, Bernard Verley et Zoé Eggs sur le concept qu’elle crée Ensemble au-delà des frontières ; avec Georges Moustaki, pour un duo, deux Olympia, une tournée en co-plateau et un titre inédit qu’il lui a offert ; avec Francis Cabrel dont elle compose la musique de son film La cour de création… ​ Célina Ramsauer a produit l’hymne à la Francophone et le concept Ensemble lancé en 2010 dans les 80 États membres de l’OIF, joué la comédie, composé les musiques originales du film Ce n’est pas une vie que de ne pas bouger du réalisateur Stéphane Kleeb, réalisé l’émission radio hebdomadaire Escale en Francophonie, fondé L’École de la chanson avec le Dr Clara Clivaz en 2016, composé et joué la pièce Déjà vu de et avec Jean-Pierre Gos, écrit le titre Patouch pour diffuser le message de la non-violence sur les enfants… ​ Infatigable, Célina s’est produite dans de nombreuses salles et événements aux quatre coins de la planète : Olympia (Paris), Francofolies de Montréal, Stade de Suisse (Berne), Théâtre de l’Astrolabe et Centre National des Arts (Ottawa, Canada), Moods (Zurich), Festival de Sibiu (Roumanie), Musée de la Nation (Lima), Festival de la chanson francophone (Plovdiv, Bulgarie), Hôtel de Ville de Paris, Romanfabrik (Francfort), Opéra de Hanoï, Théâtre National du Qatar, Museo de Jerico (Medelin, Colombie), Centre National de Yaoundé (Cameroun), dans la quasi-totalité des Alliances Françaises (Accra, Manille, Chicago, Quito, New Delhi, Mumbai…) ainsi que des ambassades et consulats suisses dans le monde. Côté discographique, Célina Ramsauer a publié huit albums studios ainsi qu'un Best Of représentatif de son répertoire et de son écriture, paru en octobre 2020 en numérique et en 2021 en CD digipack. Le temps de concocter son nouvel et neuvième album, En chemin, sorti en juin 2022 en Suisse puis en France en octobre. ​ 2023 a démarré avec la sortie, le 26 janvier, en single et en vidéoclip de la chanson En chemin, qui donne son nom au nouvel album, et les premières dates de L’envers de la scène, nouveau spectacle solo (voix & accordéon) de Célina qui revient ainsi à la configuration qui a marqué sa première identité scénique.
  • Depuis 2020
    Production discographique ​ Le Best Of de Célina Ramsauer publié tout d’abord en numérique seulement (confinement Covid oblige) par Space Disques a fait l’objet d’une sortie en CD Digipack en octobre 2021 et suscité quelques retombées médiatiques (FrancoFans, LFM …). Il comporte une sélection de 21 titres parmi les plus représentatifs de son répertoire et de son écriture, auxquels s’ajoute - uniquement sur la version numérique - la chanson inédite « Faudrait qu’on s’en souvienne » (référence au confinement Covid et à la résilience) publiée en single début juillet 2020. ​ Célina, dont l’activité scénique s’est considérablement réduite pendant la crise sanitaire, met à profit ce temps libéré pour préparer un nouvel album studio (son neuvième), intitulé « En chemin ». Le disque – paru tout d’abord en avant-première en Suisse en juin 2022 avant sa sortie en France et pays francophones en octobre 2022 – fait référence au cheminement, celui né durant la pandémie mais aussi aboutissement d’un perpétuel questionnement sur nos comportements, nos attentes, nos envies, les promesses d’un avenir meilleur qui tarde à se réaliser, la croyance en l’essentiel, en la résilience, aux nouvelles générations en chemin. Les 10 chansons de l’album traduisent aussi une pause entre hier et demain, une introspection sur sa vie d’artiste, de femme qui avance avec toujours sa rage de vivre, de repousser ses limites. ​ L’album a été entièrement enregistré au studio La Battamobile à Villejuif, sous la houlette de Christophe Battaglia (réalisation, arrangements, clavier, programmation) avec Cyril Tarquiny aux guitares acoustiques et électriques, et la participation du Chœur Gospel de Paris, de Christophe Guiot, violoniste de l’Opéra de Paris, et de l’incroyable violoncelliste Estelle Revaz. Deux premières chansons de l’album ont tour à tour été publiées en 2021 : « Tu pourras » puis « De belles histoires ». Une troisième, « En chemin », qui donne son nom à l’album, est sortie en single en décembre 2022, appuyée par un vidéoclip réalisé par Yves Legrain Crist. ​ Côté scène ​ Depuis la reprise des activités après la crise du Covid qui a sérieusement affecté le secteur artistique, Célina Ramsauer a développé plusieurs spectacles. Elle s’est illustrée en 2021 avec « On n’est pas si ringards », un spectacle teatro-comico-musical avec le violoniste Anthony Fournier et l’accordéoniste Yves Moulin, dans lequel trois univers - le classique, la musique populaire et la chanson à texte - s’interpellent et s’entrechoquent, tout en questionnant le métier d’artiste et sa longévité. ​ C’est aussi le spectacle « En chemin », présenté en avant-première le 8 décembre 2021 au TLH de Sierre (Suisse) en préfiguration de la sortie de son nouvel album. Célina était accompagnée sur scène de Bruno Dandrimont (Christophe Maé, Enzo Enzo, Brigitte Fontaine) à la guitare, Gaël Cadoux (Electro Deluxe, Ben l'Oncle Soul, Grand Corps Malade...) aux claviers, Olivier Baldissera (Anggun, Liane Foly, David Hallyday) à la batterie et Marc Perier (H.F. Thiéfaine, Julien Clerc, P. Obispo, Nouvelle Star) à la basse. Sans oublier Christophe Battaglia (Yannick Noah, Christophe Maé, Anggun, Céline Dion, Garou) au son et Valentin Jacquaz à la création lumières. ​ Parallèlement, revenant à la configuration de sa première identité scénique, Célina se produit en solo avec « L’envers de la scène », un nouveau spectacle voix et accordéon. Créé et enregistré le 12 novembre 2022 au Studio Ev-Sounds Emotions à Sion, il privilégie de nouveaux arrangements, la proximité avec le public, une mise en scène totalement dépouillée, un exercice de style en solitaire pour être au plus juste, au plus vrai. Entre les chansons (les plus écoutées du public mais aussi celles du nouvel album), l’artiste y parle en toute franchise de son rapport à la scène, au public (comment se mouvoir sous les projecteurs, le trac, le partage, exister ensemble…). ​ Par ailleurs, Célina Ramsauer propose des « Concerts sauvages », des événements atypiques hors salles de spectacles, moments de partage décalés et privilégiés, organisés à la demande (pour 25 à 100 personnes) dans des cadres originaux, en configuration minimale, sans artifice ni assistance technique, au cours desquels Célina interprète en solo (voix et accordéon) des chansons de ses 8 albums et dévoile quelques titres de son nouvel et neuvième album. Autres actualités en 2022 ​ Vingtième anniversaire du Cercle des Amis de Célina - Fondée le 21 juin 2002, l’association - qui réunit une palette de personnes influentes, avec l’objectif de promouvoir la carrière de l’artiste, de soutenir son développement à moyen et long terme, ainsi que les valeurs humaines et de dialogue sur lesquelles elle s’appuie - a fêté ses 20 ans lors d’une soirée festive organisée le 21 juin 2022 à Sierre, avec un mini-concert de Célina. Le Cercle compte une centaine de membres et amis. ​ Chansons sur scène - L’édition 2022 de « Chansons sur scène », un concept unique en Suisse impulsé et dirigé par Célina Ramsauer en collaboration avec l’EJMA Valais, s’est conclue les 15 octobre à Venthône, 16 octobre à Fribourg et 23 octobre à Sierre par les représentations publiques de 8 artistes : Pierre Ducarroz, Aloïs Biner, Mariel Flamarion, Claude Guldenmann, Céline Lema, Marie Lipp, Pauline Rochat et Avril Van Hooste. L’initiative vise à former des artistes sensibles à la création culturelle, à travers les trois volets d’auteur, compositeur et interprète. ​ Création de Musik Valais - Célina Ramsauer, avec Franziska Heinzen et Christian Zufferey, est à l’initiative de la création toute récente de l’association Musik Valais, une « faîtière » qui se donne pour mission de fédérer les artistes et les professionnel.le.s de la musique du canton, et de représenter leurs intérêts à l’intérieur et comme à l’extérieur du territoire. Rassemblant les pendants alémanique et romand du Valais, tous les styles de musique et tous ses intervenants, elle a parmi ses premiers objectifs de cartographier le monde de la musique en Valais et d’en dresser un état des lieux. ​ Collaboration au nouvel album de Yannick Noah - Célina Ramsauer signe les paroles de la chanson « Qui vivra verra » qui figure sur le nouvel album de Yannick Noah, « La Marfée », publié le 21 octobre 2022 sur le label Play Two.
  • Ses débuts
    Deuxième d’une fratrie de 4 enfants, de parents bienveillants, Stella et Rudy Ramsauer, Célina a grandi dans une famille suisse aimante et soudée, développant un lien très fort avec son grand-père maternel, Alphonse Clavien. Celui-ci, propriétaire encaveur respecté en Suisse, met un accordéon dans les bras de sa petite-fille dès l’âge de 4 ans. Elle apprendra bien plus tard qu’il aurait souhaité lui-même pouvoir apprendre à en jouer mais les moyens financiers de l’époque ne le permettant pas, il réalise son rêve à travers sa petite-fille, qui commence par suivre quelques cours aux côtés d’un accordéoniste du village qui l’encourage très vite à faire son apprentissage en autodidacte. ​ Dès l’âge de 7 ans, elle se produit dans les bistrots de Suisse romande en interprétant des reprises de chansons françaises pendant que son grand-père livre son vin. A 11 ans, elle se présente sur une première grande scène pour y interpréter le rôle du Petit Prince ainsi que quelques chansons, à l’occasion du spectacle d’ouverture des Championnats du monde de ski alpin, le 6 février 1987 à Crans-Montana. ​ C’est à l’âge de 12 ans, suite au grave accident de route de son plus jeune oncle, que Célina écrit sa première chanson (qui ne sera jamais déposée et n’existe sur aucun support public). En 1989, elle prend conscience de l’importance des mots et des sons, conscience qu’elle aime écrire, que ce peut être une façon d’extérioriser les choses, convaincue que l’énergie positive attire le positif. C’est dans cet état d’esprit qu’elle commence à constituer son propre répertoire, devenant à 13 ans sociétaire de la SUISA (la société d’auteurs suisse) où elle dépose une première chanson. En parallèle de ses créations, on lui propose d’intégrer un conservatoire. Ce qu’elle refuse, par peur de se sentir à l’étroit, Elle se lance alors dans des études en architecture afin d’acquérir des bases solides dans le monde du travail, obtenant en 1996 son certificat fédéral de capacité comme dessinatrice, section architecture. ​ Dans ces mêmes années, Célina décide de privilégier la scène. Par souci de liberté et considérant son futur artistique comme un travail, elle décide – à 18 ans – de fonder sa propre société de production et d’édition, ANILEC, en parallèle de la production de son premier album publié sur K7 en 1994.
  • Premiers voyages, premières tournées
    De 1984 à 1994, Célina Ramsauer interprète des reprises de chansons françaises puis, petit à petit, incorpore ses propres créations dans son répertoire, se produisant dans des cafés et de petits festivals, principalement dans toute la Suisse romande. Ensuite, ce sont ses premières scènes hors Suisse, en Belgique et une tournée en 1994 dans les Emirats Arabes, puis à Dubaï. Dès lors, elle ne cessera de se produire, principalement hors Suisse, à raison d’une quarantaine de concerts par an. En 1999, elle prend un billet pour Montréal où elle souhaite se produire. Elle y rencontre Dan Behrman de l’agence Spectra, qui deviendra son premier manager pour l’Amérique du Nord et la fera se produire en 2000 aux Francofolies de Montréal et à la mythique salle du Lion d’Or, entre autres. A l’occasion de sa première tournée au Québec, le Consul suisse en poste vient assister à l’un de ses concerts au Lion d’Or de Montréal et souhaite l’engager. Toutes les ambassades et consulats suisses dans le monde la feront tour à tour venir jouer dans leurs pays, en collaboration avec le DFAE (Département Fédéral des Affaires Etrangères), des sponsors et partenaires locaux. Célina commence aussi à se produire dans bon nombre d’Alliances Françaises ​ Les voyages et spectacles s’enchainent sur toute la planète, l’artiste alternant petits lieux et scènes prestigieuses : L’Olympia (Paris), Francofolies de Montréal, Stade de Suisse (Berne), Centre National des Arts (Ottawa, Canada), Moods (Zurich), Palais des Congrès (Paris), Festival de Sibiu (Roumanie), Musée de la Nation (Lima), Festival de la chanson francophone ( Plovdiv, Bulgarie), Hôtel de Ville de Paris, Romanfabrik (Francfort), Opéra de Hanoï (Vietnam), Théâtre National du Qatar, Museo de Jerico (Medelin, Colombie), Centre National de Yaoundé (Cameroun), Centre National de Lima (Pérou)… ​ Se produisant tour à tour en solo voix-accordéon, ou avec ses propres musiciens - Martin Chabloz, Steve Grant et Laurent Poget - ou encore accompagnée par des musiciens locaux, elle accumule les tournées avec plus de 100 pays visités : en Afrique (Ghana, Cameroun, Kenya, Afrique du Sud…), en Amérique du Nord (Atlanta, Chicago, Montréal, New-York, Washington…), Amérique du Sud (Brésil, Pérou, Equateur, Colombie, Panama, Costa Rica, Salvador…), Asie (Hong-Kong, Manille, Shanghaï, Macao, l’Inde…), le Moyen-Orient (Qatar), sans oublier l’Europe (Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, Italie…). « Etrangement, je me suis très peu produite en France, si ce n’est avec le privilège de quelques lieux mythiques et moments magiques » convient Célina. C’est en 2011 avec les pièces de théâtre et théâtre musical qu’elle revient jouer plus fréquemment en Suisse.
  • Ensemble, l’hymne de la Francophonie
    En 2001, Célina Ramsauer est choisie pour être la première représentante culturelle suisse aux 4es jeux de la Francophonie à Ottawa et Hull en Amérique du Nord. Elle se produit au Centre National des Arts d’Ottawa. En parallèle, elle effectue une tournée en Amérique du Nord avec ses deux musiciens du moment, Alain Kummer (Suisse) et Etienne Compaoré (Burkina Faso). Ils jouent entre autres au Festival Franco-Ontarien sur la scène de l’Astrolabe avec d’autres artistes tels Rachid Taha, Cesaria Evora, Daniel Boucher et Youssou N’Dour. ​ En 2003, Célina écrit des chansons sur la base de témoignages de personnes en situation de handicap. Ce qu’il ressort de ces témoignages, c’est la notion de souffrance du regard de l’autre sur leur différence, bien plus que le handicap lui-même. Le titre premier est Ensemble tandis que le spectacle et l’album portent le nom de Ensemble, au-delà des frontières sur lequel on peut trouver des artistes invités comme Pierre Barouh, Zoé Eggs ou encore le comédien Bernard Verley. En 2004, à l’occasion d’un dîner privé, le premier Secrétaire Général de la Francophonie et ancien SG des Nations Unies, S.E. Boutros Boutros-Ghali, fait savoir à Célina Ramsauer que le titre Ensemble porte hautement les valeurs défendues par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), qui n’a pas d’hymne. En 2007, la chanson Ensemble est réarrangé à Paris par le réalisateur Christophe Battaglia. L’artiste camerounais Georges Seba, accompagné par le Chœur Gospel de Paris offrent leurs voix sur ce nouvel arrangement. En 2008, Ensemble, véritable hymne à la Francophonie, ainsi que son concept visant à parler de la richesse de la diversité (notamment à travers la jeunesse francophone) est accrédité officiellement par le deuxième Secrétaire Général, Son Excellence Abdou Diouf. Sur invitation, Célina Ramsauer présente en avant-première, à l’occasion du 1er congrès de l’AIFBD à Montréal, ce titre et concept. ​ En 2010, à l’occasion des 40 ans de l’OIF fêté à l’hôtel de Ville et à l’Elysée de Paris, Célina Ramsauer interprète ce titre qui est dès lors envoyé via les réseaux francophones et les médias partenaires sur les 5 continents dans plus de 80 pays, de façon totalement gratuite, le but étant qu’il soit l’outil, le prétexte pour parler de la richesse de la diversité, en premier lieu à travers la jeunesse francophone. Le site référent parlant de la richesse de la diversité est également mis en ligne : www.ensemble-francophonie.org. ​ En 2011, l’Association ENSEMBLE est fondée. L’association vise à soutenir les différents projets découlant du concept premier, la richesse de la diversité dans le monde. Cette même année, la manifestation annuelle portant le nom de ENSEMBLE, Riches de nos différences » voit le jour. Une manifestation rassemblant toutes les personnes désireuses de bien vivre Ensemble. Une manifestation placée sous le signe de l’interculturalité, de l’artistique, du respect, de l’éducation, de la non-violence et ce, pour un développement durable.
  • Accordéon, voix, création
    Célina a un lien très particulier avec son accordéon. Elle aime à dire que c’est plus qu’un instrument, c’est son compagnon de toujours. Elle a grandi avec lui en autodidacte et ne se considère pas comme étant une grande accordéoniste mais plutôt comme une compositrice travaillant avec son compagnon de chanson, même si elle a souvent posé ses lignes d’accordéon sur d’autres morceaux que les siens. C’est avec cet instrument qu’elle compose ses chansons et qu’elle continue de se présenter sur scène. En fonction des formules, l’instrument est plus ou moins présent, comme sur ses disques d’ailleurs. Son second album « Célina » est un album enregistré entièrement voix et accordéon, il est considéré dans le milieu musical comme faisant partie de la musique du monde, alors que son 8ème album sans aucun enregistrement d’accordéon est considéré comme faisant partie du monde de la variété/pop. Quoi qu’il en soit, avec son répertoire et sa façon d’en jouer, Célina contribue à rehausser l’image un peu vieillotte qu’on porte parfois à cet instrument. ​ Même si l’artiste s’en défend, la voix de Célina Ramsauer est reconnaissable d’entre toutes. Elle a l’habitude de rappeler qu’en autodidacte, elle n’a aucune mérite et que ce timbre est dû à une malformation de naissance de ses cordes vocales. Ce handicap est devenu sa force, sa particularité. ​ Célina aime à dire qu’elle est avant tout auteure et compositrice, et que le fait d’interpréter ses chansons est un découlement logique de son travail. Elle considère que le focus doit être porté plus sur la chanson que sur sa personne en tant qu’interprète. Ses chansons sont reprises entre autres dans bon nombres d’écoles à travers la planète sans toutefois qu’on sache qu’elle en est l’interprète. Certains de ses titres se sont placés en tête d’écoutes, notamment sur le réseau des radios francophones.
  • Rencontres déterminantes
    Luc Plamondon Luc Plamondon est mandaté par le comité national des Jeux de la francophonie d’Ottawa pour écrire l’hymne des Jeux. Il écrit le titre « L’un avec l’autre », dont Romano Musumarra est le compositeur. Luc demande à Célina de joindre sa voix et son accordéon sur ce single – enregistré en 2001 – aux côtés de Anggun, Assïa, Isabelle Boulay, France d’Amour, Véronique Dicaire, Faudel, Patrick Fiori, Garou, Lââm, Eric Lapointe, Ménélik, Luck Mervil, Khadja Nin, Sally Nyolo, Mario Pelchat, Bruno Pelletier, Damien Sargue, Hélène Ségara, Natasha St-Pier et Julie Zénatti. ​ Georges Moustaki Après avoir entendu le titre « Les Mères Juives » de Georges Moustaki en 2005, Célina écrit une lettre à son auteur pour lui signifier son respect vis-à-vis de ce titre. Six mois plus tard, le hasard fait qu’ils sont programmés dans le même festival en Bulgarie. Célina demande à Georges si il a reçu sa lettre, il lui répondra par la négative. A partir de ce moment-là naît une amitié profonde entre les deux artistes. Ils écriront ensemble le titre « Lettre à Monsieur Moustaki » qui figure en 2007 sur l’album « Tout et trois fois rien » de Célina puis en 2008 sur l’album « Solitaire » de Georges Moustaki. Sur invitation de celui-ci, Célina participe dans son spectacle à ses deux Olympia en 2008, puis ils démarrent une tournée en co-plateau. En 2011 Georges offre à Célina son unique chanson inédite datant de 1957 intitulé « Nous » et composé par Florence Véran. Ce titre se place désormais dans la discographie de l’artiste avant Le Métèque ou Milord. Célina l’éditera sous les éditions ANILEC en 2015. Ce titre figure sur l’album « Transmission » dédié à son fils et à Georges Moustaki. Sachant l’amour porté par Georges pour la musique sud-américaine, Célina propose à Robson Galdino (Brésil) et Teofilo Chantre (Cap-Vert) d’arranger cet album. Christophe Battaglia en est le réalisateur et l’arrangeur principal. Une partie de leur histoire figure dans la biographie officielle de Georges Moustaki : « Une Vie » de Louis-Jean Calvet aux éditions Archipel. ​ Christophe Battaglia C’est en 2004 que la rencontre a lieu. Célina cherche un arrangeur pour son titre "Ensemble" qu’elle sait destiné à devenir l’hymne à la Francophonie. Une amie travaillant chez Sony BMG à Paris, Nathalie Maillard, la met en contact avec Robert Goldman pour l’aider à trouver cet arrangeur. Après avoir écouté le titre, Robert propose que ce soit Christophe Battaglia qui s’en occupe (Yannick Noah, Anggun, Jean-Louis Aubert, Christophe Maé, Angélique Kidjo, Garou, Céline Dion, Kendji Girac, Jean-Jacques Goldman, Manu Dibango, Isabelle Boulay, Tina Arena, Diziz la Peste, Natasha St-Pier, Gildas Arzel, Carole Fredericks, Patrick Fiori, Julie Zenati, Roch Voisine, Michael Miro…) A partir de ce moment, Christophe Battaglia devient l’arrangeur et réalisateur officiel de tous les titres de Célina jusqu’à ce jour. ​ Francis Cabrel Célina participe en 2009 à la 30e session des Rencontres d’Astaffort, édition spéciale anniversaire avec Francis Cabrel, Maxime Le Forestier, Emily Loizeau, Daby Touré, Charlie, Lili Ster, Jérôme Musiani, David Manet, Francois Welgryn, Salomé Leclerc, Ariane Marhÿque, Olivia Auclair, Chloé Clerc, Emmanuelle Cosso-Merad, Sylvain Reverte, Marc Estève et Eric Lablanche. Un film « La cour de création » - de et avec Francis Cabrel - est réalisé par Patrick Savey (Zycopolis Production) à cette occasion. Le titre écrit par Jérôme Musiani, co-composé et interprété par Célina « Emmène-moi là-haut » figure au générique du Film. Ce titre est arrangé par Martin Chabloz, tandis que les musiciens invités par Célina sont Richard Bona et Marc Berthoumieux.

Pour découvrir son actualité
et ses musiques en ligne,
cliquez ci-dessous

  • Facebook
  • Instagram
  • Youtube
  • Spotify
  • https://www.deezer.com/fr/artist/341086
  • Apple Music
clina-ramsauer---teofilo-chantre_6142955035_o.jpg
bottom of page